Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 15:38
 La ministre Yao Euphrasie attendue pour un renforcement des lois sur la parité.(ph: dr)
La ministre Yao Euphrasie attendue pour un renforcement des lois sur la parité.(ph: dr)

La Journée internationale de la femme se célèbre le 8 mars 2016. L’humanité est invitée à franchir le pas pour l’égalité des sexes.

Le monde entier marque un arrêt,ce mardi 8 mars 2016, pour réfléchir sur la condition de la femme. Il s’agit de la célébration de la Journée internationale de la femme (JIF). En Côte d’Ivoire où il est question d’atteindre l’émergence à l’horizon 2020, des étapes sont à franchir pour la parité en politique. Il est vrai que les femmes occupent près de 10 sièges sur 36 dans le gouvernement soit 27,77% et 30% environ au Conseil économique et social. Mais elles restent sous-représentées, surtout aux postes électifs. Lors de présidentielle d’octobre 2015, seulement deux femmes ont rempli les conditions pour être candidates. A ce jour, le pays compte une seule femme présidente de conseil régional sur 31, et seulement 10 femmes maires sur 197. Autrement dit, peu de femmes se présentent, ce qui réduit les chances de la représentativité. Des voix, y compris celles de femmes, s’élèvent pour dénoncer cette auto-censure. Kamissa Camara, responsable des Programmes Afrique de l'Ouest et Centrale au sein du National endowment for democracy basé à Washington, a dressé l’amer constat au cours d’une conférence à Abidjan-Riviera, récemment. C’était autour du thème: "La participation des femmes en politique et dans les processus électoraux en Côte d'Ivoire". Pour cette dernière, «la participation des femmes ivoiriennes est faible. Elles ont besoin de coaching. Et les associations de défense des femmes devraient les aider dans ce sens», a-t-elle interpellé. Le 1er mars 2016, également, Josephine-Charlotte Mayuma Kala, représentante de l'Union africaine (UA) en Côte d'Ivoire, a plaidé pour une plus forte implication des femmes aux prochaines élections locales. Kanzly Mideh, coordonnatrice de Wash-Jnci reconnait que la femme a une place de choix dans toutes les couches socio-professionnelles. Pour elle, il lui faut une autonomie au niveau économique ; une équité et une égalité au niveau social et surtout une représentativité au niveau politique. aussi, elle conseille aux femmes de " ne plus rester là à se croiser les bras, et attendre tout de l’homme ou d’autrui, il faut bouger et prendre le devant des choses".

Le thème mondial de la JIF est «Planète 50-50 d'ici 2030: Franchissons le pas pour l'égalité des sexes». Il met l'accent sur la création d'un élan pour la mise en œuvre effective des nouveaux objectifs de développement durable, des nouveaux engagements dans le cadre de l'initiative «Franchissons le pas» sur l'égalité des sexes, l'autonomisation des femmes et les droits des femmes. Au niveau national, on a admis le thème, «autonomisation de la femme, défis et enjeux pour la prospérité de la famille, des enfants et des hommes». Il est prévu que des femmes modèles partagent leurs expériences dans cinq grandes régions du pays.

Le chef de l’Etat a inscrit la question de la femme au quatrième rang des cinq priorités de son gouvernement. Au cours du lancement des festivités nationales en février 2016, Yao Euphrasie, la ministre de la Femme, a comptabilisé comme acquis, «la réduction de l’écart entre les filles et les garçons pour ce qui concerne le droit à l’éducation». Elle s’est félicitée de l’existence du Fafci et du Fonds de son ministère pour financer les activités des femmes. La ministre s’est aussi réjouie de l’augmentation du nombre de femmes de 14% à 27% dans le gouvernement lors du dernier remaniement. Mais cela est-il suffisant ? Dans son projet de société, Alassane Ouattara a écrit «la proposition d’un projet de loi tendant vers la parité systématique Homme/ Femme dans la vie politique et aux postes à responsabilité dans les administrations (1ère étape: au moins 30% des postes)», est-il mentionné.

La JIF a été institué en 1977 dans le but de bâtir un monde plus juste, où tous les hommes et toutes les femmes bénéficient des droits humains et du droit au développement sur un pied d’égalité. Elle est l’occasion de dresser le bilan des progrès réalisés, d’appeler à des changements et de «célébrer les actes de courage et de détermination accomplis par les femmes ordinaires, qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire de leur pays et de leur communauté», indique le site onusien. Les femmes de Côte d’Ivoire, de même que le gouvernement ivoirien, sont donc invités à franchir davantage de pas…

Nesmon De Laure



Partager cet article

Repost 0
Published by nesmondelaure
commenter cet article

commentaires

ADJOUA ADIE 09/03/2016 13:26

JE VOUS FELICITE ET VOUS PRIE DE BIEN VOULOIR METTRE EN PRIORITE L'UNION DES FEMMES AFIN QUE NOUS CONSTITUONS UNE FORCE QUI DEPLACE DES MONTAGNES. MERCI.

ADJOUA ADIE 09/03/2016 13:23

MADAME LA MINISTRE, NOTRE SOEUR, VOTRE DYNAMISME ME DONNE UNE ENVIE DE METTRE MA COMPETENCE A VOTRE DISPOSITION POUR LA REUSSITE TOTALE DE VOTRE MISSION.